Actualités

Interview de Delphine Zanelli – Entrepreneuriat au féminin

Découvrez l’interview de Delphine, consultante chez Baya Consulting qui nous parle de son réseau au féminin mais pas que… ! Merci Delphine de nous faire partager ta vie de femme entrepreneure.

 

Delphine Zanelli a rejoint le réseau Baya Consulting en 2015, consultante, conférencière et formatrice, elle intervient dans de multiples sociétés pour partager des conseils stratégiques, contribuer à façonner les cultures d’entreprises et les expériences de leurs collaborateurs afin d’avoir des équipes contributives et épanouies.

Sensible à la démarche Lean in initiée par Sheryl Sandberg, COO de Facebook, pour l’empowerment des femmes et la lutte des biais de genre, elle crée son propre cercle d’empowerment à Annecy en 2016.

– Quel est ton parcours ?

Très jeune, j’ai fait le choix de me spécialiser en communication interne. J’étais attirée par le monde de l’entreprise et j’ai toujours aimé fédérer des groupes, contribuer à créer une énergie pour réaliser de belles choses ensemble. La clé étant de permettre à chacun de prendre part à un objectif commun inspirant. Mon premier job a d’ailleurs été de repenser entièrement la communication interne d’une organisation internationale en commençant par accompagner les managers dans ce rôle.

Qu’est ce qui t’a décidé à te lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ?

Ayant toujours eu ce goût de l’entreprise, étant notamment fille de dirigeant de PME, j’avais l’envie de me lancer moi aussi ce défi. Ma première partie de vie professionnelle a été une succession de belles rencontres qui m’ont menées à des postes dans des grands groupes. Après 20 ans d’expériences je me suis dit qu’il était temps de me lancer à mon compte et de proposer mes services à des entreprises de taille intermédiaire ou plus petite, un univers qui m’a toujours fasciné.

– Pourquoi t’être engagée dans une démarche d’empowerment des femmes ?

Quand on est une femme et que l’on travaille dans la communication on fait au quotidien l’expérience des biais de genre. M’engager dans cette démarche a donc été assez naturel. L’expérience qui a été un élément déclencheur s’est passée en 2007. Je travaillais dans un Groupe Bancaire Français racheté par un Groupe Anglo Saxon. Je devais, avec notre équipe très majoritairement féminine, accompagner les dirigeants (très majoritairement masculins) dans la finalisation de ce processus de rachat via la communication interne qui pour eux avait certes un rôle important mais pas stratégique. Notre challenge, en tant qu’équipe de communication interne a été de leur faire comprendre qu’une approche plus stratégique de la communication interne leur permettrait d’avancer beaucoup plus vite. Le fait d’avoir plus de femmes à leur comité de direction également ! J’ai alors rejoint, comme une autre de mes collègues femmes, le comité de direction des métiers bancaires que je conseillais où, en tant que femme et responsable de la communication, j’avais la légitimité de m’exprimer !

– Parle nous de ton cercle

Nous sommes un groupe de sept femmes qui se retrouvent une fois par mois pour échanger sur divers sujets à la fois professionnels et personnels : les obstacles que les femmes rencontrent, la confiance en soi, comment faire sa place en tant que femme dans un milieu masculin et lutter contre les biais de genre, développer son leadership, apprendre à négocier, accepter d’être soi (et de ne pas être la femme parfaite)… Ce sont des moments de partage pour apprendre mutuellement des unes des autres.

– Que viens-tu chercher ?

De l’entraide et de la sororité ! Ces moments de partage sont sécurisés, rassurants, et permettent de répondre à mes interrogations et préoccupations mais aussi à celles des autres femmes. Je cherche un endroit où je peux m’inspirer et inspirer les autres à mon tour.

– Des conseils à donner à une femme qui souhaiterait suivre ton exemple ?

J’ai un regret, c’est de ne pas avoir investi davantage dans la garde de mes enfants, pour pouvoir en contrepartie consacrer plus de temps à mon développement personnel et professionnel. C’est pourtant un des conseils essentiels de Sheryl Sandberg, dans son livre « En avant toutes ». Je l’ai considéré comme une charge et non comme un investissement. C’est du coup aujourd’hui un des premiers conseils que je donne aux autres femmes qui me questionnent sur l’équilibre vie pro/perso à l’approche de la maternité. D’une manière plus générale, il est essentiel que les femmes se fassent confiance, qu’elles « dansent avec leurs peurs », pour reprendre une expression entendue récemment, qu’elles acceptent de ne pas être parfaite, d’avoir confiance en la vie, de savoir s’entourer de personnes inspirantes et de ne pas écouter ceux qui disent qu’elles ne peuvent pas le faire, de donner et d’aider les autres. C’est un travail de tous les jours mais c’est passionnant.

– Ce que tu voudrais voir évoluer pour améliorer l’entrepreneuriat au féminin ?

Que les femmes changent de posture, osent prendre du pouvoir et s’affirmer. Ce sont nous les femmes qui avons les clés en main pour faire évoluer les idées préconçues. Nous ne devons surtout pas avancer contre ou sans les hommes mais avec eux. C’est ensemble que nous avancerons plus vite.

– Pourquoi avoir choisi le Portage Salarial ?

Pour la simplicité ! Je peux me concentrer sur ce qui fait la différence dans mon travail, c’est à dire ce que j’apporte au client, et non pas la gestion de l’administratif qui demande un temps considérable. J’y trouve de l’entraide et des réponses à mes questions auprès de l’équipe.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire